Etablissement Public Local d'Enseignement et de Formation Professionnelle Agricoles Lons-le-Saunier Mancy

 

Facebook Mancy Twitter Mancy Google + Flux rss actu Mancy

Historique de l'E.P.L.E.F.P.A Lons-Le-Saunier Mancy

 

Un centre hippique pour les établissements publics agricoles

 

En 1996, le ministère de l’agriculture entreprend la construction d’un centre hippique, implanté au 530, montée Gauthier Villars.
Monsieur Edgar PISANI, Ministre de l’Agriculture de 1961 à 1966, avait fortement encouragé l’installation de manèges équestres à proximité des établissements agricoles pour permettre :

 

aux élèves de s’initier à l’équitation dans des conditions financières avantageuses
aux jeunes de se familiariser avec l’élevage du cheval et de diversifier ainsi les productions agricoles ;
de démocratiser ce sport et inciter à sa pratique et à son développement ;
le maintien et l’essor des races chevalines.

 

C’est en 1967, que le centre hippique des établissements agricoles de Lons le Saunier (les deux collèges agricoles –féminin et masculin) devient fonctionnel. Le personnel de cette structure comporte un maître de manège payé par l’Etat en qualité d’enseignant et un palefrenier considéré comme un agent de service. Cette situation dure deux ans. Ensuite, les deux postes budgétaires étant supprimés, la gestion du centre est assurée par les associations sportives et culturelles des deux établissements agricoles (Collège de Lons et lycée de Montmorot). Les chevaux sont dotation du Ministère. Leurs logements (écurie, boxes) sont crées progressivement. Un bâtiment est également construit par les agents des deux établissements agricoles à Lamoura (Haut jura) pour l’accueil des chevaux en été.

 

Historique

Centre hippique Mancy - les boxes pour les chevaux(Dessin Mme Chantal Rault)

 

Pendant toute cette période, les utilisateurs de la structure sont des élèves et les personnels des deux établissements. Ils bénéficient, pour les premiers, d’heures d’initiation à l’équitation gratuite ; pour les seconds de tarifs préférentiels pour eux et leur famille.
Inutile de préciser que, dans ces conditions, c’était loin d’être une réussite sur le plan financier. Le manège ne pouvait tourner (!) que grâce aux subventions ministérielles. Pourtant en 1974, une petite maison d’habitation est construite sur le site pour le maître de manège.

En 1977, la situation financière est si catastrophique que les chevaux sont vendus à des particuliers. Les bâtiments sont loués à un centre équestre privé : l’Etrier Lédonien. Pendant quelques années la structure semble retrouver vie et activité, mais la gestion financière est toujours aussi difficile. L’Etrier Lédonien est mis en liquidation judiciaire. Les établissements agricoles reprennent la gestion. Le lycée professionnel agricole Mancy envisage alors de développer des filières de formations en liaison avec le cheval. Le centre hippique devient support pédagogique. La structure est intégrée à la dotation du LPA Mancy en 1991. Cet établissement en devient alors l’unique gestionnaire.


Des formations scolaires et par apprentissage utilisent cette installation pour la préparation aux métiers du cheval :


- un cycle CAPA :  Palefrenier soigneur ;
- deux BEPA :  Elevage et cultures fourragères et Accompagnement de randonnées équestre ;
- un BAC Pro :  Conduite et gestion de l’exploitation agricole, Production cheval.

 

Le centre hippique de Mancy, c’est l’exploitation agricole du lycée. Un responsable d’exploitation, deux moniteurs d’équitation, encadrent des élèves dans leurs activités sur ce centre qui sert aussi de lieu d’applications diverses pour d’autres enseignants et d’autres classes.

Par ailleurs, il est ouvert à la clientèle extérieure privée sur les créneaux hors temps scolaire (mercredis après-midi, samedis et dimanches, vacances scolaires). La formation à l’équitation est dispensée au cours de «reprises» ou de stages. Les cavaliers préparent les différents «Galops», numérotés de 1 à 7 en fonction du niveau requis en équitation et en connaissance du cheval. Personnels, élèves et clients participent et organisent tout au long de l’année différentes manifestations et concours.
Les bâtiments et installations se diversifient. Une carrière (60m x 60m) est aménagée ; une deuxième écurie créée pour permettre, au total, le logement de plus d’une cinquantaine de chevaux (chevaux du lycée et chevaux au pair ou en pension appartenant à des propriétaires privés).

Le développement de l’activité élevage, initialement réalisé pour la formation baccalauréat professionnel, a pris une dimension supplémentaire avec le projet pastoralisme et l’installation d’un troupeau de chevaux Konik sur les pâturages de la côte de Mancy.

Historique

Konik au pâturage sur le plateau de Mancy, 1999. (Photo Mme Elyse Malécot)


Après ce détour dans l’environnement immédiat du lycée Mancy, nous allons reprendre la chronologie de l’évolution de l’établissement.

 

Les années soixante-dix marquent, pour le collège agricole, l’atteinte de son «rythme de croisière» : un établissement à 6 classes, un effectif aux alentours de la centaine d’élèves. Il faut noter que dès le début de son fonctionnement cet établissement a associé au sein de la population accueilli des collégiens «classe de 4ème et 3ème», des jeunes d’établissements deviendront lycée professionnels (cycle BEPA) et des élèves de lycée (2nd et cycle BTA). Tous sont, à cette époque là, sous statut scolaire. Toutes les formations dispensées sont à orientations «Economie Familiale Rurale». De ce fait, la majorité des élèves est toujours de sexe féminin et l’aire de recrutement atteint le niveau national dans les sections BTAO, car il y a très peu de classes correspondant à cette option ouvertes en France (3 établissements publics en possèdent).

 

En 1978, l’établissement devient lycée d ‘enseignement professionnel agricole (LEPA) sans que ses structures en soient profondément modifiées.
Le lycée scolarise alors plus de 160 élèves ce qui représente le double de l’effectif pour lequel le bâtiment a été construit.
En 1983, un nouveau changement de direction intervient et Mlle Alice BOUSSAUD succède à Mme MURTIN.

C’est alors, qu’après une vingtaine d’années d’évolution progressive et de relative stabilité (après les années de montée en puissance) de profonds, et parfois brutaux changements vont intervenir dans de nombreux domaines (structures, personnel, population accueillie, formations, locaux…).

L’augmentation d’effectif conduit à utiliser tous les bâtiments disponibles même s’ils ne sont pas fonctionnels (du fait de leur dispersion en particulier).

Les années quatre-vingt sont celles de la rénovation des diplômes de l’enseignement agricole. La notion d’équipes pédagogiques est fortement valorisée. Liberté et initiatives nouvelles leur sont données ; responsabilité accrue, participation active sont demandées avec la mise en place du contrôle en cours de formation.
En 1900, M. Bernard Longueville devient directeur de l’EPL. L’établissement, toujours spécialisé alors dans le domaine des services et de la voie scolaire initiale cherche un nouveau souffle pour se développer et valoriser son image. Cela semble passer par la diversification, tant des formations que des voies de préparation.
L’existence du centre hippique est un atout. Cette structure peut prendre plus d’importance pédagogique par l’ouverture de filières de formation aux métiers du cheval.
Par ailleurs, c’est aussi à ce moment là que la coopération avec l’EPL de Montmorot devient plus étroite. Une antenne du centre de formation d’apprentis agricole est ouverte sur le site de Mancy avec la création d’un cycle BEPA «  Elevage du cheval »(support pédagogique pour un BEPA alors dénommé «Elevage et cultures fourragère». D’autres formations par apprentissage viendront conforter cette antenne avec la création d’un CAPA et d’un BTA.
Au lycée, devenu  LPA (Lycée Professionnel Agricole), deux filières de formation (voie scolaire) en relation avec le pole de compétence »Cheval » s’ouvrent : un BEPA «Activités hippiques» suivi d’un cycle Bac Pro «Production du cheval».

La première moitié des années quatre-vingt-dix, c’est aussi l’implication plus grande de l’EPL dans la formation pour adultes.

Si l’on ajoute à cela l’importance que prennent alors les échanges internationaux, on constate que l’EPL Mancy remplit pleinement les quatre missions dévolues par le ministère de l’Agriculture aux établissements d’enseignement.

En 1994, après plusieurs années de réflexion et de vaines tentatives, un petit bâtiment à vocation d’habitation, situé sur la propriété, est rénové et aménagé en gîtes. Il s’agit de la maison dite «Bizouard».

 

Historique

La maison Bizouard (avant rénovation), (Document CDI lycée agricole Mancy)

 

Les années quatre-vingt-dix se terminent. M. Xavier Bordenave a pris la direction de l’EPL en 1996. L’établissement Mancy fonctionne maintenant avec 10 classes ouvertes en voie scolaire initiale et six en apprentissage. Des stagiaires de formation continue sont encore présents sur le site. Deux pôles de compétences sont parfaitement reconnus : le cheval et les services. Des échanges avec la République Tchèque, la Roumanie, la Suède, la Pologne ont été réalisés au cours des dix dernières années en relation la plus étroite possible avec les programmes de formation (de par le choix des objectifs assignés à ces échanges).

L’existence d’une clientèle pour les gîtes, au centre hippique, favorise l’ouverture sur l’extérieur et l’intégration dans le territoire.

L’avenir…

Il sera sans doute, encore et toujours, sous le signe de changement, du développement, de l’adaptation à la demande de formation.
La meilleure preuve de cela en est le futur proche, avec l’ouverture à la rentrée scolaire 2000 d’un cycle BTSA «service en espace rural». C’est un nouveau défi : réussir la cohabitation et la formation d’élèves, d’étudiants, d’apprentis, d’adultes sur un même site, rénové seulement partiellement. En effet, la restructuration, amorcée en 1995 1996 avec la réfection et le regroupement de l’internat n’est toujours pas terminée (réaménagement du bâtiment scolaire et administratif).

Ne doutons pas cependant que le courage, et la détermination des personnels sauront faire progresser ce dossier et permettront au lycée Mancy de continuer à remplir les missions de l’enseignement agricole public.

<< Précédent ----